L’importance de la mastication

Première étape de la digestion, la mastication a une importance fondamentale, bien trop souvent négligée.

Une bonne digestion, c’est une bonne dégradation des aliments en nutriments, une bonne absorption intestinale et une bonne distribution de ces nutriments.

Certes, chacun fait avec sa constitution et son hérédité. Mais dans bien des cas, avant même tout régime, une mastication consciencieuse aide à soulager bien des mots de ventre, fatigues, coups de pompe, problèmes de concentration, troubles intestinaux et peut même faire maigrir !

Comment est-ce possible ?

 

  Je mâche bien Je ne mâche pas assez
Système nerveux Je prends le temps de manger, dans le calme. Mon système nerveux se calme (parasympathique), le travail de digestion peut se faire harmonieusement. Je mange trop vite, mon système nerveux ne se calme pas (orthosympathique), l’énergie n’est pas suffisamment disponible pour la digestion.
Bouche Les aliments sont décomposés en bouillie homogène et les sucres commencent à être digérés (amylase salivaire) Les aliments sont mal décomposés (il reste des morceaux), la salive n’a pas le temps d’agir correctement.
Estomac Le travail se fait facilement et le peu d’acide produit se mélange bien et suffit à digérer cette « bouillie » homogène arrivée de la bouche. Le travail est plus long et plus compliqué, il faut fabriquer beaucoup d’acide pour digérer les morceaux non mâchés.
Intestins Les aliments sont décomposés en nutriments, prêts à être assimilés, les éléments indésirables sont bien filtrés, le transit est régulier. Les morceaux restant et la surproduction d’acide agresse la fragile muqueuse de l’intestin. Apparaissent des constipations, diarrhées ou  ballonnements. Les bons nutriments ont du mal à être absorbés alors que les toxines arrivent plus facilement à passer dans le sang.
Foie Peu de toxines arrivent de l’intestin, les nutriments sont faciles à utiliser, le retraitement et la distribution des vitamines, oligo-éléments, glucides, lipides et protides peut se faire correctement. Le foie est débordé de travail, et demande beaucoup d’énergie pour évacuer les toxines, retrier et distribuer les nutriments, souvent pas assez nombreux puisque mal absorbés.
Autres émonctoires

Peau, Reins, Poumons

Le foie gère harmonieusement son travail et sollicite peu les autres émonctoires. Ces derniers n’ont donc pas de surcroit de travail, ce qui favorise leur bonne santé. Le foie est débordé et délègue une partie du retraitement des toxines aux autres émonctoires. Les reins travaillent beaucoup, la peau se surcharge, les poumons s’encrassent… toute la vitalité s’en ressent.
Immunitaire Flore intestinale et plaques de Peyer sont préservées, les nutriments disponibles. L’intestin filtre bien les éléments étrangers et produit des globules blancs pour défendre l’organisme. L’agression de l’intestin par le bol alimentaire mal décomposé et acidifié déstabilise la flore intestinale, et affaiblit les plaques de Peyer (rôle immunitaire important). Certaines bactéries arrivent à passer dans le sang, et la production de globules blancs est affaiblie.
Emotionnel Repas dans le calme et la détente, tout fonctionne correctement. Je prends plaisir à goûter ce que je mange. La réserve intestinale de neuro-hormones peut se perturber, la subcarence en nutriments peut s’installer, rendant l’humeur et le sommeil instables.
Vitalité Le corps fait le plein de nutriments et évacue avec facilité ses toxines. Le métabolisme se fait harmonieusement, je suis en pleine forme. Les toxines sont plus nombreuses et plus difficiles à évacuer à cause des carences ou subcarences (nutriments mal absorbés). Le métabolisme ralentit, le corps s’encrasse et manque de carburant. Je fatigue physiquement et moralement.

 

 

Bien sûr, la mastication ne fait pas de miracles et ne guérit pas toutes les maladies. Bien entendu, une alimentation saine et équilibrée est indispensable à une bonne santé, mais si vous ne pouvez pas en absorber les nutriments, quelle utilité ?

Petit rappel, les repas font appel à nos 5 sens :

– Goût : nous mettons de plus en plus de sel, exhausteurs de gout, aromes artificiels… alors que la mastication permet de révéler les saveurs

– Le toucher : nos lèvres et notre langue touchent directement ces aliments, doux, râpeux, chauds, froids, …

– L’odorat : une bonne effluve venant des cuisines nous fait déjà saliver, préparant nos enzymes digestives a accueillir un bon repas !

– La vue : Que de couleurs et de formes dans nos assiettes, pour le ravissement de nos yeux

– L’ouie : mineur dans nos repas, il reste présent lorsque l’on mange croquant, que l’on entend le repas saisir, frémir, ou simplement à l’annonce du menu !

 

Il s’agit là réellement d’un apprentissage, apprendre à manger en conscience, et non de manière automatique. Se connecter à nos 5 sens permet de savourer, d’apprécier le repas (ou de se rendre compte de sa qualité, avec parfois de mauvaises surprises…), de ralentir la cadence et donc d’améliorer la mastication.

Notre organisme et notre vitalité ne s’en porteront que mieux !

Partager